Entrée

Les fans de mangas et de culture japonaise étaient au eux-aussi au rendez-vous, et lorsque 83 000 personnes ont eu la même idée que vous, il faut s'attendre à faire la queue ! Au moins 1h d'attente pour les personnes munies de préventes, plus pour les personnes sans billet d'entrée. Un classique à Japan Expo.

Editeurs

Heureusement que cet édition est un bon crû et que mettre son réveil aux aurores ce jour là valait la peine. Une myriade de stands en tout genre attendait de pied ferme les portefeuilles des visiteurs. Stands d'éditeurs de mangas, de jeux vidéos et d'animés étaient bien présents, rivalisant d'imagination quant à la présentation de leurs collections. Même les aigris qui qualifient la Japan-Expo d'évènement purement commercial ne pourront dénigrer qu'au moins les éditeurs y ont mis les formes ! Ateliers, mascottes géantes, vendeurs cosplayés, stands immenses (parlons plutôt de « zone » à ce niveau là), petit tour de ce que l'on pouvait voir sur le salon.

Kana a fait très fort cette année en découpant sa zone en espaces ateliers à thème sur ses différentes séries. Deux photos des espaces Keroro et Shaman king :

Mais ce n'est pas tout, dans la lutte aux mascottes géantes, Kana était un challenger très sérieux avec un Kyubi gonflable si immense que notre appareil photo n'a pu le prendre en entier. C'est pour dire !

Dybex, grand vainqueur des Japan Expo Awards dans la catégorie animés, a relevé le défi !

Soleil quand à eux ont misés sur l'originalité et nous ont présenté une très belle mais réduite exposition sur Skydoll.

Dans la guerre des mascottes, Soleil a choisi un immense troll : gare à ceux qui doublent dans les files d'attente !

Mais qu'on ne s'y trompe pas, derrière ces stands les plus attractifs les uns que les autres, l'objectif clairement affiché c'est votre porte-monnaie ! Les éditeurs ont donc rivalisé d'annonces commerciales et d'effet « d'exclusivité » ou « avant-première ». Et oui, ici on vient entre autres faire la queue pour acheter ! Et à ce petit jeu, les éditeurs comme tous les stands commerciaux, n'ont pas été très fair-play. Prix identiques à ceux pratiqués en magasin voire supérieurs ! Une fois qu'il a supporté 1h de queue, la foule, la chaleur et le bruit, le visiteur est pris en otage ... que l'argent coule à flots !

Boutiques

Japan Expo est synonyme de concentration de la clientèle pour les professionnels qui en ont largement profité pour pratiquer des prix prohibitifs ! On se rend rapidement compte de l'arnaque lorsque l'on peut voir un porte-clefs vendu 0,5 euros sur un stand d'import et l'identique à 2 euros sur un stand d'une firme française... quitte à prendre les gens pour des carte-bleues ambulantes, autant s'assumer nous direz-vous. Et c'est bien ce qu'ont fait les boutiques. 15 euros le t-shirt, 5 euros le plus misérable des sandwichs, 2 euros la bouteille d'eau... inutile d'énumérer les milliers d'articles présents. Pour un visiteur moyen payant son entrée, mangeant sur place (la sortie étant définitive) et qui s'achète un ou deux goodies, un coffret dvd et quelques mangas comptez au bas mot 75 euros.

Dédicaces auteurs

Les éditeurs ont cependant fait un effort et nombre d'auteurs ont répondu présent pour sur ce 8ième impact. De Hiroyuki Takei (Shaman King) à des auteurs européens comme Alessandro Barbucci (Sky Doll chez Soleil), beaucoup d'auteurs étaient en dédicace, pour le plus grand plaisir des fans. C'est le cas du stand IMHO, dont la venue de Junko Mizuno nous a particulièrement intéressés. Impossible de passer à côté de ce petit bout de femme, aussi belle que timide. Et qui dit dédicaces dit ... files d'attentes ! Mais cette fois-ci pour la bonne cause.

Conférences

Quelques conférences intéressantes étaient organisées par le staff de Japan-Expo. Regroupant des professionnels du manga autour de thèmes variés tels que l'avenir du manga en France ou encore les influences des bandes dessinées nippones sur notre bon franco-belge. Malheureusement elles jouissaient de peu de public, la plupart étant des journalistes.



Jeux vidéo

Parce que dans Japan-Expo il y a aussi « Japan », le jeu vidéo s'est largement invité à ce 8ième impact. N'allez pas imaginer pour autant une « expo » dans l'Expo, le jeu vidéo était réduit à ses attributs les plus classiques (bornes d'arcade, Step mania) et les plus marketing (Pokémon omniprésents).

Activités

Du côté des activités typiquement japonaises, l'espace Japon proposait cette année une série de jeux traditionnels, mais qui ont rencontré un succès sûr. L'association Tsubasa signait sa dissolution, mais Tengumi est là pour reprendre dignement le flambeau. Beaucoup de jeux variés étaient organisés et donc peut d'attente pour les joueurs impatients. Chacun pouvait donc participer, un plus très appréciable !

Diverses associations proposaient des activités telles que du Majong, du Go, des jeux de cartes type « Magics » et consort. Beaucoup de monde mais suffisamment de place permettait à tous le monde de participer, du curieux à l'expert. Remerciement particulier aux animateurs et à leur patience, qui expliquaient pour la nième fois du week-end les règles et astuces avec toujours autant de passion.

Cosplay

Mais que serait une convention sans Cosplay ?! Certains disent qu'il était de qualité médiocre cette année ... sans être aussi acerbe, il faut reconnaître qu'hormis quelques individualités de grande qualité, la barre n'était pas bien haute, autant en expression scénique qu'en costume.

Côté manga représentés, toujours et encore des classiques : Naruto, Clamp, Sailor Moon, Bioman, Saint Seya. Mais certains cosplayeurs avaient décidé de se lâcher et leur petit numéro franchement drôle justifiait à lui seul l'attente. Japan-Expo avait vu les choses en grand pour ce 8ième impact et avait ouvert une salle immense avec chaises, écrans géants, scène et éclairage professionnel, juste un mot : merci !

Reste à déplorer l'absence de certains gagnants lors de leur remise des prix. Ce n'est pas le cas des grands gagnants du World Cospaly Summit, qui iront défendre les couleurs françaises à Nagoya :

Comme à leur habitude, les cosplayeurs ne se sont pas contenté de parader sur la scène, mais l'on pouvait surtout les photographier librement entre deux stands bondés. Sourire !

Concert

Au niveau des concerts, les styles musicaux ont été très différents, notamment le groupe HALCALI, dont les jolies chanteuses ont fait preuve d'un entrain et d'une bonne humeur communicative même en cette fin de dimanche.

Karaoké

Le karaoké était lui aussi à l'honneur cette année. Et c'est l'association Epitanime (connue pour la convention éponyme qu'elle organise tous les ans) dont la réputation des karaokés n'est plus à faire, qui s'est mis à la tâche de tenir une salle de 400 personnes ! Sacré challenge brillamment relevé par l'association, attention aux oreilles !

Fanzine

Pour tenter de finir (car il n'est jamais évident de faire tout le tour de la Japan Expo), abordons le sujet des fanzines, une fois de plus en nombre. La palme d'or revient au Fan Book Suba Furuba qui a gagné le premier prix avec un magnifique fanzine reprenant l'oeuvre phare de Natski Takaya. D'une qualité graphique et matérielle rare, celui-ci s'est vendu avec un succès mérité. Grâce à une équipe efficace, l'accueil y a été d'autant plus chaleureux. Notons tout de même qu'un représentant du stand Akata est venu leur rapporter que leur travail a beaucoup plus à l'auteur. Qui a traité les fanzines de marginaux ?

Vrac

Parce qu'à Japan Expo on trouve de tout mais aussi du n'importe quoi. En vrac quelques curiosités qui n'ont selon nous rien à faire là... mais que voulez-vous quand 75 000 personnes sont attendues et que 83 000 viennent, cela donne des idées. Petit jeu... trouvez le rapport entre japanimation et une expo de voitures de course, un atelier de composition de bouquets et une boutique d'encens... oui bravo c'est bien vos économies !

Dans le rayon des originalités, on a été surpris de voir des centaines de personnes portant une insigne « free hugs » qui signifie câlins gratuit. En réaction à une publicité sur le sida, le mouvement a pris de l'ampleur. Que faire pour avoir son câlin ? Juste demander ! Avec de si jolies filles qui se proposent, une chose est certaine, cela restera dans les esprits !

Conclusion

Petit bilan pour cette édition 2007 de la Japan Expo. L'organisation est en nette progression et beaucoup d'erreurs du passé n'ont pas été renouvelées. Les Japan Expo Awards étaient un échec cuisant et les prix pratiqués prohibitifs, mais que voulez vous, c'est ça la Japan Expo ! Il reste un évènement qui rassemble et une excellente opportunité pour rencontrer les communautés de la France entière. Un évènement commercial oui, mais les nombreux invités et les activités variées relèvent l'intérêt et allongent considérablement le temps qu'on y passe. C'est tant mieux !

Le rendez-vous est pris pour l'année prochaine !